20 février 2016 ~ Commentaires fermés

Nkurunziza & Nyabenda, c’est le milicien Imbonerakure que vous engraissez qui vous tuera

Monsieur Pascal Nyabenda, Président du CNDD-FDD habitait Carama avant la mascarade électorale de l’année passée 2015 qui le propulsa à la tête de la chambre basse du Parlement Burundais. Après avoir été ‘élu’ Président de l’Assemblée Nationale, il quitta Carama pour s’installer dans la Résidence réservée au Président de l’Assemblée Nationale dans la Zone Gihosha. Vers la fin de l’année 2015, dans la continuité de la politique de recrutement des Imbonerakure pour semer la terreur et assassiner les opposants aux troisième mandat inconstitutionnel de Pierre Nkurunziza (éliminer les obstacles selon la terminologie du CNDD-FDD), sa maison de Carama fut transformée en une résidence des Imbonerakure recrutés des différentes Provinces du Burundi pour venir exécuter le plan ‘Kora’ tel que communiqué par son Homologue du Sénat, Révérien Ndikuriyo.

Autour de 200 Imbonerakure furent affectés dans le seul Quartier Carama et plus d’une soixantaine résidaient dans la maison de Pascal Nyabenda. Ces imbonerakure faisaient la pluie et le beau temps à Carama. Ils sont passés par tous les ménages, rançonnant de l’argent dit comme une contribution à la sauvegarde de la sécurité. Ils envahissaient certains Bars, tabassaient ceux qu’ils y trouvaient et leur dépouillaient de leurs biens. Certains de ces Imbonerakure étaient sollicités pour assassiner et enterrer les personnes, essentiellement les jeunes, soupçonnés d’être des opposants au 3ème mandat de Pierre Nkurunziza dans les terrains non viabilisés de Gahahe et ailleurs. Si vous aviez la malchance de tomber dans leurs mains pendant qu’ils faisaient des rondes nocturnes, si ce n’était pas la fin de vos jours, vous étiez battus, torturés et dépouillés de tout ce qu’ils estimaient de valeur notamment l’argent, les bagues d’alliance, les téléphones portables, etc.

Un soir, un Officier habitant Carama dut amener son enfant malade pendant la nuit pour le faire soigner en urgence, accompagné de son épouse. A leur retour, ils tombèrent dans les mains des brigands Imbonerakure qui les arrêtèrent ! L’Officier n’avait même pas pu s’expliquer que les Imbonerakure le trainèrent par terre et commencèrent à le tabasser, lui exigeant de leur donner de l’argent. Il leur expliqua que l’argent qu’il avait sur lui avait été dépensé pour l’achat des médicaments de l’enfant malade sans succès. Son épouse, dépassée par ce qu’elle voyait et incapable de trouver un secours à son mari, leur supplia de venir à la maison avec eux pour qu’elle leur donne l’argent qu’elle y avait laissé. Ces Imbonerakure partirent avec le couple jusqu’à la maison. Arrivés au domicile de l’officier, les Imbonerakure s’aperçurent que l’homme qu’ils ont tabassé et trainé par terre devait être un membre des corps de défense ou de sécurité et certains d’entre eux prirent peur de prendre l’argent que l’épouse de l’officier leur donnait. L’officier et son épouse leur exigèrent de prendre l’argent parce que c’était le motif des coups et blessures dont le couple avait été victime ; et les Imbonerakure durent l’accepter.

Quelques jours après, la présence des Imbonerakure à Carama et l’intimidation qu’ils faisaient ménage par ménage devirent sujet de discorde parmi les personnes qui les avaient amenés. Certains parmi ces derniers, qui sont des hauts gradés de l’armée et de la police et qui font partie de la clique de Pierre Nkurunziza émirent leurs inquiétudes sur la perte de contrôle plausible de ces Imbonerakure à Carama et craignirent de se retrouver eux-mêmes devenus leurs cibles, parce qu’une fois ivres de bière locale (Rugombo) et des stupéfiants et drogue comme le chanvre, ces Imbonerakure ne témoignaient aucun respect ni même à l’égard de leurs coordinateurs issus de l’armée et de la police. Certains de ces coordinateurs allèrent jusqu’à jurer que faute de consensus sur l’expulsion de ces Imbonerakure de Carama, ils iraient savoir comment les chasser (les tirer dessus). Leur point de vue était ceci : « ils sont venus pour une mission mais Carama n’a pas de travail suffisant pour un tel surnombre, ils doivent être emmenés ailleurs, proche des quartiers où vivent les contestataires car c’est là où est le travail qu’ils sont venus accomplir ».

Face à cette divergence, les Imbonerakure ont été forcés de quitter Carama. Certains ne sachant pas où aller, ils errent dans les rues de Bujumbura, commettant toujours l’irréparable. Ils spolient les ménages, défoncent les maisons et les boutiques à Kinama, Kamenge, Cibitoke et ailleurs. Après leur expulsion de Carama, certains de ces Imbonerakure, déçus, trahis, ont commencé à raconter leur malheur : « ce sont ces Commissaires qui nous menacent de nous tirer dessus aujourd’hui qui sont venus nous chercher et nous embarquer de nos Provinces d’origine, au motif qu’il y avait du travail à faire à Bujumbura pour traquer et éliminer les opposants au Président de la République ! Mais, voilà, ils nous trahissent. Quand nous sommes venus, on nous a donné l’ordre de rançonner tous les ménages de Carama et de collecter de l’argent pour le Part à remettre au Président du Parti CNDD-FDD, Pascal Nyabenda et au Président de la République, mais en fin de compte, nos coordinateurs nous ont distribué seulement 5.000 Fbu par personne ! Nous avons travaillé et l’expulsion est notre récompense. »

Parallèlement à ce déploiement de Carama, la même chose a été faite à Kamenge où des Imbonerakure, essentiellement emmenés des Communes de la Province de Ngozi font régner la terreur selon le même modus operandi. Ils sont venus défendre « leur Président ».

Pierre Nkurunziza et sa clique peuvent continuer à inciter à la barbarie les Imbonerakure sans degré de discernement suffisant, mais à force de les former à spolier les biens des citoyens, à violer les femmes et les filles, à torturer et tuer des paisibles citoyens, ils deviendront comme des chiens pris de rage et se retourneront bientôt contre leurs maîtres. A Pierre Nkurunziza et Pascal Nyabenda et tous vos lieutenants, ce n’est pas évident que vous parviendrez toujours à les expulser comme ceux de Carama.

Les Commentaires sont fermés.

Topolina |
White Noise |
Majestics2016 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attelages Bovins Charollais
| Kox 3d (impression 3D)
| Solutionspluriel