12 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

Vers l’ethnisation de la crise burundaise ?

Hier, j’ouvre ma page facebook comme d’habitude et je tombe sur des visages ensanglantés, déshumanisés, avec le titre : « voici les visages rigolos des assaillants qui ont attaqué le chef de l’Etat Major de l’Armée, Dieu merçi, il est en vie. »

Je me retourne vers quelqu’un et je lui demande :

- « Tu les connais ces assaillants ? »

- « Non, ce ne sont pas des assaillants », me répond-il en me désignant un jeune homme en particulier : « il était surnommé Micombero du fait de la façon dont il faisait couper sa barbe, il allait se marier ce samedi, c’est un des A.T(agent de transmission) du Chef d’Etat major de l’armée Prime Niyongabo, il est mort à son service, entrain de protéger son chef. « 

Je suis abasourdi, je n’en reviens pas. Je me demande pour quelle raison on lui a collé une étiquette d’assaillant?

Ca voudrait dire que quelque soit le camp dans lequel tu meurs, on te classera selon tes origines? Cette réflexion ne risque pas de faire reculer le Burundi de quelques décennies?

Serait-ce une erreur ou une volonté délibérée de fausser les données afin d’en transformer en problème ethnique? On sait à qui ça profite, celui qui ne pense qu’à lui seul au détriment des milliers des burundais.

Celui ou celle qui suit l’évolution de la situation politique au Burundi l’aura vu. Ca a commencé par la volonté d’un seul homme de se maintenir au pouvoir contre vents et marrées en commençant par une tentative de changer la constitution échouée quitte à violer non seulement la dite loi fondamentale du Burundi mais aussi les accords d’Arusha socle de la paix ces dernières années acquis durement après une dizaine d’années de guerre civile qui a traumatisé les burundais.

En tout état de cause, pour des gens réfléchis, on sait la question qui doit se poser au Burundi, c’est une question de respect d’un Etat de droit, un Etat prospère, où il y aurait paix et sécurité, développement pour tout le monde, pour nos enfants, un Burundi dénué de la corruption et du chômage à outrance, où l’impunité n’existe plus, où la loi, la justice protègent tout le monde, où ce chaos qui fait que même ceux qui ont la garde reprochée ne dorme tranquille ne sera qu’un cauchemar…J’aimerais me réveiller, et voir ce Burundi auquel j’aspire.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Topolina |
White Noise |
Majestics2016 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attelages Bovins Charollais
| Kox 3d (impression 3D)
| Solutionspluriel